4 décembre 1990

Colloque "Pour en finir avec les grands ensembles" à Bron dasn le cadre de "Banlieue 89".

Décès de Marcel Rigout


Par Christophe Rosé | Hommage | Annonce publiée le 26 août 2014

L’ancien ministre de la Formation professionnelle (de 1981 à 1984) de François Mitterrand est décédé ce samedi 23 août à Limoges à l’âge de 86 ans.


JPEG - 1 Mo
Conseils des ministres, photo de famille
Marcel Rigout, second en partant de la gauche. le 23 mars 1983.(DR/IFM)

Né en 1928 à Limoges il participe en 1944 à la Libération de Limoges. Au lendemain de la guerre il adhère au Parti Communiste. En 1948 il devient secrétaire de la Fédération de la Haute-Vienne, en 1958 il est directeur du quotidien communiste régional L’Echo du centre et en 1961 il entre au comité central du PCF.

Il se présente pour la première fois aux élections législatives en Haute-Vienne en 1958, mais il est battu et devra attendre 1967 pour se faire élire député, pour un an seulement. Il est de nouveau élu en 1973 (il est vice-président du groupe communiste à l’Assemblée Nationale) et le restera jusqu’en 1981 (date de son entrée au gouvernement), il retrouvera son siège de député de 1986 à 1988.

Après la victoire de François Mitterrand aux élections Présidentielles et au lendemain des élections législatives du 21 juin 1981, il devient, avec Charles Fiterman, Jack Ralite et Anicet Le Pors, l’un des quatre ministres communistes qui entre au gouvernement. Il participe aux gouvernements Mauroy II et III. En tant que ministre de la Formation Professionnelle il met en place plusieurs réformes dont la création d’un plan d’insertion professionnelle des 16-25 ans (en 1983 l’objectif est de 600.000 jeunes), la réforme de la formation continue avec l’extension aux entreprises de moins de 10 salariés du droit de Congé Individuel de Formation et l’obligation de négociation avec les syndicats des plans de formation des entreprises. Il quitte le gouvernement en même temps que les autres ministres communistes le 17 juillet 1984 quand Laurent Fabius est nommé premier ministre en remplacement de Pierre Mauroy.

JPEG - 585.5 ko
Marcel Rigout
(premier en partant de la gauche) lors du conseil des ministres le 23 mars 1983. (DR/IFM)

C’est à la suite de cette démission et à l’échec du PCF aux élections européennes de juin 1984 qu’il critique le Parti communiste et son premier secrétaire, Georges Marchais. Il est marginalisé jusqu’en janvier 1987, date à laquelle il quitte le comité central et L’Echo du centre. Il fonde avec d’autres dissidents communistes le Mouvement des Rénovateurs Communistes et fini par quitter le PCF en 1990.

Marcel Rigout, L’autre chance, un métier pour réussir, (préface de Pierre Mauroy), Editions Messidor, 1983, Paris.


IFM — 33 rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 Paris — Tél. +33 1 44 54 53 93 — Fax. +33 1 44 54 53 99 — ifm@mitterrand.org — © 2005-2016 — Mentions légales