15 septembre 1978

Bernard Pivot reçoit François Mitterrand sur le plateau d’Apostrophes, le 15 septembre 1978 à l’occasion de la parution de "L’Abeille et l’Architecte".

Dernières actualités

Le Parcours de François Mitterrand

à l’occasion du centenaire de la naissance de l’ancien Président de la République. François Vauglin Maire du 11e arrondissement Martine DEBIEUVRE (...)
Lire la suite

François Mitterrand, Le parcours d’un homme en Morvan

A l’occasion des 30 ans du Musée du Septennat de Château-Chinon et dans le cadre du Centenaire de François Mitterrand, le musée présentera son (...)
Lire la suite

Décès d’Elie Wiesel

Elie Wiesel, François Mitterrand & Vaclav Havel lors du colloque "Anatomie de la haine" à Oslo, le 28 août 1990 (DR/IFM) ALLOCUTION PRONONCEE (...)
Lire la suite

Décès de Michel Rocard

Parce qu’ils ont incarné deux lignes politiques très différentes – pour ou contre l’union de la gauche ­–, les relations entre François Mitterrand et (...)
Lire la suite

Toutes les actualités
Réflexions sur la politique extérieure de la France

Fayard, 1986.


« La politique extérieure de la France s’ordonne autour de quelques idées simples : l’indépendance nationale, l’équilibre des blocs militaires dans le monde, la construction de l’Europe, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le développement des pays pauvres. Les textes réunis dans ce livre en feront apparaître la trame et la raison des choix qu’elles ont inspirés. On y relèvera à la fois la trace continue du sillon, creusé par le destin bientôt millénaire de la plus ancienne nation d’Europe, et la marque particulière qu’imprime à la vie d’un peuple celui qui le conduit.

J’ai rencontré sur ce terrain, depuis le premier jour, l’adhésion du plus grand nombre des Français. On sait pourtant que la place que notre pays occupe dans le monde est mieux reconnue à l’extérieur de nos frontières qu’au dedans. C’est une constante de notre Histoire. Certains de nos compatriotes qu’habite une passion singulière, se sentent Espagnols ou brûlent pour l’Angleterre en oubliant d’être Français. D’autres plantent leurs oriflammes et campent à jamais sur des lignes Maginot où se terre, pour survivre, une patrie imaginaire. Dédaignons les collaborateurs. Négligeons les moines ligueurs. J’attache, en revanche, de l’importance aux observations de mes censeurs quand je sens qu’ils cherchent, comme moi, en passant par d’autres chemins, comment le mieux servir l’intérêt national. Bref, mes contradicteurs, lorsqu’ils sont sérieux, m’intéressent. Ils me permettront cependant de leur dire que je les vois trop souvent chausser des verres grossissants pour isoler un fait de ceux qui le précèdent et de ceux qui le suivent, au point de se priver de toute vue d’ensemble. Je souhaite, par ces textes, les convaincre de l’unité d’une démarche qui exprime de bout en bout l’ambition que, d’instinct, de passion, de raison je nourris pour la France. »

– Compte rendu de lecture de Paul-Marie de La Gorce : François Mitterrand. Réflexions sur la politique extérieure de la France. In : Politique étrangère N°1 - 1986 - 51e année pp. 305-308.


Le prix Master de l’Institut François Mitterrand

Pour la 9e fois et comme chaque année, l’Institut François Mitterrand lance son appel à concourir pour son prix Master.

En savoir plus


IFM — 33 rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 Paris — Tél. +33 1 44 54 53 93 — Fax. +33 1 44 54 53 99 — ifm@mitterrand.org — © 2005-2016 — Mentions légales