15 septembre 1978

Bernard Pivot reçoit François Mitterrand sur le plateau d’Apostrophes, le 15 septembre 1978 à l’occasion de la parution de "L’Abeille et l’Architecte".

Dernières actualités

Journées du Patrimoine 2018

Les 15 et 16 septembre, les Journées du Patrimoine 2018 s’organise autour du Thème "L’art du Partage". Comme Chaque année la Maison Natale de (...)
Lire la suite

Hubert Védrine à Lille

A l’occasion de son prochain Diner-débat, le comité François Mitterrand de Lille recevra Hubert Védrine, Président de d’Institut François Mitterrand, (...)
Lire la suite

Conférence de Michel Charasse

Le Centre Mondial de la Paix, des libertés et des droits de l’Homme et l’Institut François Mitterrand ont le plaisir de vous inviter à la conférence (...)
Lire la suite

« Nous Présidents - 60 ans de Ve République » à Verdun

Plus de 600 objets exceptionnels et inédits, 250 affiches électorales, 60 dessins de presse sont rassemblés dans un parcours d’exposition ludique et (...)
Lire la suite

Toutes les actualités
L’abeille et l’architecte

Flammarion, 1978.


François Mitterrand est un de ceux qui croient qu’il n’est de bonne écriture qu’exacte. Tandis qu’il mène sa vie d’homme d’action, un autre en lui observe le vent « grande rumeur dans le ciel immobile », garde le rythme des jours avec l’odeur du blé, l’odeur du chêne, la suite des heures. L’écrivain qu’il est laisse place à l’élan du rêve, aux sensations, aux émotions.

François Mitterrand et Bernard Pivot,
sur le plateau d’Apostrophes, le 15 septembre 1978 à l’occasion de la parution de "L’Abeille et l’Architecte" (DR/IFM)

Il nous donne la Crète, le vertige du Kremlin, les canards sauvages virant de bord à Manhattan, l’angoisse du Japon, son étonnement devant le retournement communiste. L’homme d’Etat dialogue avec Kissinger, venu le voir chez lui à Paris, avec Brejnev – ce qui nous permet de saisir une clef de l’empire soviétique. Il parcourt le monde avec son bâton de pèlerin socialiste.

Une fois le reste exploré, François Mitterrand fait siennes les terres inconnues de l’homme. D’un pays comme d’un être, il en sait plus dans l’instant que ne lui en apprendront les années. Il arrache aux temps forts de sa vie le silence.

Ainsi, de rencontre en lecture, de méditation en réunion publique, François Mitterrand prend-il en compte cette phrase de Marx : « Mais ce qui distingue dès l’abord le plus mauvais architecte de l’abeille la plus experte, c’est qu’il a construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans sa ruche ».

Bonheur d’écrire, culture fulgurante, sagesse à la Montesquieu, charme des paysages de la mémoire, éblouissement devant la vie, ce livre, à la suite de La paille et le grain, fait partie des œuvres qui échappent au temps.

Extraits de L’abeille et l’architecte sur notre site :
– La force d’une nécessité intérieure

Œuvres IV

L’abeille et l’architecte a été réédité en 2018 dans le cadre de l’anniversaire du Centenaire de François Mitterrand dans le Tome VI des Œuvres de François Mitterrand.

- Archives Vidéos :

Mode de connexion sécurisée (HTTPS)
François Mitterrand présente l’Abeille et l’Architecte et répond au questions d’Yves Mourousi et Jacques Legris sur le plateau du JT de 13h de TF1 du 22 septembre 1978. Archive Vidéo issue du site Internet réalisé par l’INA et l’IFM : François Mitterrand, le Verbe en Images.

Apostrophes : François Mitterrand et ses invités : Bernard Pivot interroge François Mitterrand sur L’Abeille et l’Architecte le 15 septembre 1978 sur Antenne 2


Le prix Master de l’Institut François Mitterrand

Pour la 11e fois et comme chaque année, l’Institut François Mitterrand lance son appel à concourir pour son prix Master.

En savoir plus


IFM — 33 rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 Paris — Tél. +33 1 44 54 53 93 — Fax. +33 1 44 54 53 99 — ifm@mitterrand.org — © 2005-2018 — Mentions légales