9 mai 1991

François Mitterrand remet le prix Charlemagne au Président Vaclav Havel à Aix-la-Chapelle

Dernières actualités

François Mitterrand et l’Italie 1981-1995

François Mitterrand et l’Italie 1981-1995Vendredi 9 décembre 2016 à l’Ambassade d’Italie 16h00-17h00 • Ouverture de la rencontre par Son Exc. M. (...)
Lire la suite

François Mitterrand et le Parlement 1946-1996

François Mitterrand et le Parlement 1946-1996Mardi 6 décembre 2016Sous le haut patronage de Monsieur Claude Bartolone Président de l’Assemblée (...)
Lire la suite

François Mitterrand et l’Amérique latine (1971-1995)

FRANCOIS MITTERRAND ET L’AMERIQUE LATINE 1971-199515 novembre 2016 - Maison de l’Amérique Latine 10:00-12:30 Ouverture : Alain ROUQUIÉ, président (...)
Lire la suite

François Mitterrand dirigeant politique (1946-1981)

FRANÇOIS MITTERRAND DIRIGEANT POLITIQUE (1946-1981) Journée d’étude organisée par l’Institut François Mitterrand et le Centre d’histoire de Sciences Po (...)
Lire la suite

Toutes les actualités
Ses livres

L’œuvre littéraire de François Mitterrand comporte une vingtaine d’ouvrages principaux. Ils sont disponibles à l’Institut François Mitterrand, soit à la lecture, soit, pour ceux qui seraient épuisés et dans la limite de nos stocks, à la demande.




Les Prisonniers de guerre devant la politique



Ed. du Rond-Point, 1945.
Avant-propos. Le 21 octobre 1945, le peuple français a choisi ses représentants. Le parti S.F.I.O., le parti communiste français, formations d’avant guerre, le Mouvement Républicain Populaire, issu des groupes divers de démocrates chrétiens, sont les grands vainqueurs de la première consultation nationale. Les vieux partis de droite, ainsi que le (...)
Lire la suite


Aux frontières de l’Union française



Julliard, 1953.
La guerre d’Indochine dure depuis sept ans, le différend tunisien depuis deux ans, le Maroc réclame une réforme du statut de Protectorat. La France se doit de concilier la reconnaissance d’une évolution inévitable et le maintien de sa présence. Aux FRONTIERES DE L’UNION FRANÇAISE, partout où s’élabore un monde nouveau, notre pays doit agir en sorte de (...)
Lire la suite


Présence française et abandon



Plon, 1957.
Hanoï, Saïgon, Rabat, Tunis, capitales d’Etats indépendants, symbolisent le terme de la tragique aventure vécue par la France ces dix dernières années. Les gouvernements successifs, pour avoir voulu tout ignorer afin de tout maintenir, ont d’abord tout compromis pour tout perdre enfin. François Mitterrand fur intimement lié au déroulement des (...)
Lire la suite


La Chine au défi



Julliard, 1961.
Au cours du voyage d’étude qu’il a récemment effectué en Chine, F. Mitterrand a pu s’entretenir avec les principaux dirigeants de Pékin. Ils lui ont parlé très librement de tous les problèmes qui se posent à leur pays, à l’intérieur et à l’extérieur. F. Mitterrand a eu, en particulier, la possibilité de s’entretenir avec l’homme qui domine l’histoire chinoise (...)
Lire la suite


Le coup d’état permanent



Plon, 1964.
Le coup d’Etat permanent, Les Belles Lettres Par ce livre brillant, passionné, passionnant, François Mitterrand se range dans la lignée des plus grands polémistes. Sur nombre d’entre eux même il marque un avantage. Combattant de la dernière guerre, résistant, jeune député, plusieurs fois ministres et garde des Sceaux, appuyé sur une expérience déjà (...)
Lire la suite


Ma part de vérité



Fayard, 1969.
Candidat à la Présidence de la République contre le Général de Gaulle, en face de qui il a réuni 45% des voix au second tour en 1965, puis leader de la Fédération, François Mitterrand incarne une option bien définie : l’unité de la gauche, celle-là même dont l’abandon vient de se solder le 1er juin par un échec retentissant. S’il publie aujourd’hui sa « (...)
Lire la suite


La Rose au poing



Flammarion, 1973.
La rose au poing, symbole du combat socialiste. Selon François Mitterrand, pour les hommes d’aujourd’hui, changer la vie est un impératif. Ils éprouvent le besoin d’échapper à la jungle des intérêts, au règne de l’argent, à toutes les formes d’exploitation pour maîtriser eux-mêmes leur destin. Le socialisme, qui veut rendre le citoyen responsable de la (...)
Lire la suite


La Paille et le Grain



Flammarion, 1975.
Cette chronique personnelle, où l’auteur exprime en toute liberté ce qui lui vient à l’esprit, s’étend de 1971 à l’été 1974. Certains textes ont paru dans le « bloc-notes » de l’Unité, hebdomadaire du Parti socialiste ; d’autres sont inédits. François Mitterrand griffonne assez souvent des notes, par souci de fixer dans leur contexte une impression, un fait. (...)
Lire la suite


Politique I



Fayard, 1977, 1981, Les nouvelles Editions Marabout, 1984.
A quiconque porte intérêt à notre histoire politique depuis trente ans, que ce soit en militant ou en observateur, je recommande de faire l’expérience que je viens de vivre : lire d’affilée l’ensemble des textes écrits dans ces trois ou quatre dernières décennies par François Mitterrand et rassemblés sous le titre, aussi bref que général, de Politique. A (...)
Lire la suite


L’abeille et l’architecte



Flammarion, 1978.
François Mitterrand est un de ceux qui croient qu’il n’est de bonne écriture qu’exacte. Tandis qu’il mène sa vie d’homme d’action, un autre en lui observe le vent « grande rumeur dans le ciel immobile », garde le rythme des jours avec l’odeur du blé, l’odeur du chêne, la suite des heures. L’écrivain qu’il est laisse place à l’élan du rêve, aux sensations, (...)
Lire la suite


Ici et maintenant



Fayard, 1980.
« Etre d’accord avec soi-même, je ne connais pas meilleur bulletin de santé ». Le François Mitterrand d’Ici et maintenant tient tout entier dans cette affirmation tranquille. Trois ans après la rupture de l’union de la gauche, à quelques mois d’une nouvelle élection présidentielle, il fournit ses clés pour comprendre, savoir où il en est et où il veut (...)
Lire la suite


Politique II



Fayard, 1982.
L’idée de ce livre appartient à l’éditeur, et à lui seul, – il en fut de même pour Politique 1. Je lui laisse la responsabilité des titres, du découpage, des transitions, des commentaires, des références. Pour le reste, ce livre n’a qu’un seul auteur, celui qui signe ces lignes. François (...)
Lire la suite


Réflexions sur la politique extérieure de la France



Fayard, 1986.
« La politique extérieure de la France s’ordonne autour de quelques idées simples : l’indépendance nationale, l’équilibre des blocs militaires dans le monde, la construction de l’Europe, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le développement des pays pauvres. Les textes réunis dans ce livre en feront apparaître la trame et la raison des choix (...)
Lire la suite


Lettre à tous les Français



Campagne présidentielle de 1988.
« Mes chers compatriotes, la vraie responsabilité politique oblige à prendre en compte les problèmes de société tels qu’ils se posent et se transforment. Elle oblige aussi à rappeler à tous que rien n’est jamais donné, qu’une vie se construit à chaque instant, que l’effort est la loi. « Aller à l’idéal et comprendre le réel » enseignait Jean Jaurès aux (...)
Lire la suite


Mémoire à deux voix



En collaboration avec Elie Wiesel, Odile Jacob, 1995.
« Lorsque le mandat s’achève, que l’oeuvre s’accomplit, et qu’avec l’âge l’horizon se rapproche, le besoin naît, souvent, de rassembler des pensées éparses et de confier à l’écriture le soin d’ordonner sa vie. Arrivé là où j’en suis, j’éprouve, moi aussi, maintenant, la nécessité de dire, en quelques mots trop longtemps contenus, ce qui m’importe. Tel est l’objet (...)
Lire la suite


Onze discours sur l’Europe (1982-1995)



Institut italien pour les études philosophiques / Centre de recherches sur l’Europe (EHESS, Paris), Vivarium, coll. Bibliotheca Europea, 1996.
« Je me permettrai deux recommandations. La première : ne dissociez jamais la liberté et l’égalité. Ce sont des idéaux difficile à atteindre, mais qui sont à la base de toute démocratie. La seconde : ne séparez jamais la grandeur de la France de la construction de l’Europe. C’est notre nouvelle dimension, et notre ambition pour le siècle prochain. Sur (...)
Lire la suite


Mémoires interrompus



Odile Jacob, 1996.
« L’histoire de la France me possédait, j’aimais ses héros, ses fastes, et les grandes idées venues d’elle qui avaient soulevé le monde. J’avais la conviction, depuis l’enfance, que j’aurais à la continuer. J’ai parfois évoqué, avec mes compagnons de captivité, cette voix qui exigeait l’effort. Il nous suffisait qu’il y eût, là-bas, un général inconnu, au (...)
Lire la suite


De l’Allemagne, de la France



Odile Jacob, 1996.
« Je rêve à la prédestination de l’Allemagne et de la France, que la géographie et leur vieille rivalité désignent pour donner le signal de l’Europe. Si elles ont gardé en elles le meilleur de ce que je n’hésite pas à nommer leur instinct de grandeur, elles comprendront qu’il s’agit là d’un projet digne d’elles. Elles auront d’abord à s’en convaincre. La (...)
Lire la suite



Le prix Master de l’Institut François Mitterrand

Pour la 9e fois et comme chaque année, l’Institut François Mitterrand lance son appel à concourir pour son prix Master.

En savoir plus


IFM — 33 rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 Paris — Tél. +33 1 44 54 53 93 — Fax. +33 1 44 54 53 99 — ifm@mitterrand.org — © 2005-2016 — Mentions légales