22 septembre 1981

François Mitterrand inaugure la mise en service du Train à Grande Vitesse français à Montchanin.


Mitterrand et l’Allemagne : la véritable histoire


par Hubert Védrine,Jean-Louis Bianco

Une exposition à Château-Chinon


par François Martin

Le gouvernement de la gauche face aux difficultés économiques


par Vincent DUCHAUSSOY,Floriane GALEAZZI

10 mai 1981 : retours sur une victoire


par Hubert Védrine,Pierre Mauroy,Gérard Grunberg,Jérôme Jaffré,François Miquet-Marty

10 mai 1982 : an 1 de la gauche


par Christophe Rosé

Site internet du Centenaire


par Christophe Rosé

François Mitterrand et l’audiovisuel extérieur de la France


par Michèle Jacobs-Hermès,Patrick Imhaus,Jérôme Clément

Pierre Mauroy et François Mitterrand, une longue histoire, 1965-2013


par Pierre-Emmanuel Guigo,Michel Delebarre,Anne-Laure Ollivier,Daniel Vaillant,Rémi Lefebvre,Alain Bergounioux,Ismail Ferhat,Pierre Mathiot,Gilles Finchelstein,Bernard Roman,Patrick Kanner,Georges Saunier,Louis Mermaz,Henri Nallet,Hubert Védrine

Décès d’Helmut Kohl


par Jean-Louis Bianco,Hubert Védrine

Décès de Pierre Bergé


par Christophe Rosé

IMA : 30 ans d’histoire


par Christophe Rosé

François Mitterrand, l’europeo


par Giovanni Roggia,Jean Musitelli

Cronologia dell’€uro


par Giovanni Roggia,Georges Saunier

François Mitterrand, el europeo


par Christophe Bieber,Jean Musitelli

La Europa de Mitterrand


par Christophe Bieber,Hubert Védrine

Quelle vilaine mouche a donc piqué Michel Onfray ?


Point de vue | par Gaëtan Gorce le 9 novembre 2020

Pas plus qu’en religion, n’existe en politique de délit de blasphème. Aussi est-il légitime que l’action de F. Mitterrand fasse régulièrement l’objet de réflexions, de débats, de réévaluations ou de critiques sévères, nécessaires à la compréhension de son histoire. Et la comparaison avec le Général de Gaulle peut y aider, comme l’ont démontré avec talent Régis Debray ou Jean-Pierre Chevènement, ou, s’agissant de biographes, Jean Lacouture ou Éric Roussel.

Mais celle à laquelle se livre Michel Onfray dans ses « Vies Parallèles » publiées ces jours-ci n’est que prétexte - au service de quelle ambition ? - pour instruire un procès si violent et inattendu qu’il en est totalement caricatural.

Si le General est représenté (et pourquoi pas) en phare de la pensée, F. Mitterrand y est lui accusé sans nuances de tous les crimes : comploteur, jouisseur, suborneur, antisémite...il n’est pas jusqu’à ses goûts culinaires ou le choix de sa sépulture qui ne témoignent de sa perversité.

J’ai renoncé à compulser le Code pénal pour en extraire la liste des infractions qu’il réprime, mais l’énumération qu’en fait Onfray en les imputant à l’homme du 10 mai m’a semblé quasi exhaustive.

Pourquoi cet acharnement ridicule, et malheureusement haineux, à tout vouloir prouver, au mépris des faits, en convoquant par exemple à l’appui de ses dires et comme « témoin de moralité » le tortionnaire Aussaresses ou en prétendant démontrer l’antisémitisme de F. Mitterrand par l’exégèse de son discours à la Knesset ?

On hésite à chaque chapitre entre la stupéfaction, le rire et l’écœurement comme on pouvait sans doute le faire dans les années 50 à la lecture des libelles que les staliniens consacraient à ceux qu’ils qualifiaient de « vipères lubriques ».

L’on est, en refermant l’ouvrage, plus consterné qu’indigné de voir une belle intelligence dériver vers des marais si peu ragoûtants.

Si la réputation de F. Mitterrand n’a rien à redouter d’un tel livre, celle de l’intellectuel et philosophe qu’était Michel Onfray pourrait, elle, bien en souffrir.

Gaëtan Gorce
Secrétaire Général de l’Institut François Mitterrand


IFM — 33 rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 Paris — Tél. +33 1 44 54 53 93 — Fax. +33 1 44 54 53 99 — ifm@mitterrand.org — © 2005-2020 — Mentions légales