9 avril 1991

François Mitterrand reçoit Lech Walesa en visite officielle


Mitterrand et l’Allemagne : la véritable histoire


par Hubert Védrine,Jean-Louis Bianco

Une exposition à Château-Chinon


par François Martin

Le gouvernement de la gauche face aux difficultés économiques


par Vincent DUCHAUSSOY,Floriane GALEAZZI

10 mai 1981 : retours sur une victoire


par Hubert Védrine,Pierre Mauroy,Gérard Grunberg,Jérôme Jaffré,François Miquet-Marty

"Il ne faut pas craindre son histoire, il faut avoir confiance dans son avenir"


Dans les médias | le 29 octobre 2014

Thématiques

"Changer le nom du parti" : à droite (UMP, FN, Debout la République) comme au PS la question est au cœur des médias depuis 2 semaines. En novembre 1991 le sujet était déjà d’actualité et Arlette Chabot profitait de la conférence de Presse donnée par le Président François Mitterrand pour lui poser la question :

JPEG - 788.2 ko
Conférence de Presse
Le Président françois Mitterrand répond aux journalistes lors de la conférence de Presse organisée à l’Elysée le 11 septembre 1991 (DR/IFM).

Conférence de presse de M. François Mitterrand Président de la République Palais de l’Elysée, mercredi 11 septembre 1991

Arlette Chabot : A propos de l’opposition, toujours, celle-ci semble absolument assurée de gagner les législatives. Vous ne partagez peut-être pas ce sentiment. Trouvez-vous que vos amis socialistes se battent avec assez de force et que pensez-vous de leur idée de débaptiser le Parti Socialiste et de le transformer en Parti Social Démocrate ?

Le Président François Mitterrand : Le Parti Socialiste ? Ecoutez, je suis socialiste, je ne suis pas dirigeant du Parti Socialiste, je ne le suis plus. Je reste l’ami des Socialistes et de leurs dirigeants. Le jour où ils me demanderont mon avis - Pierre MAUROY m’a quand même entretenu de cela hier soir - je le leur déconseillerai.

Le Parti Socialiste tel qu’il est, tel qu’on le connaît, c’est un parti de liberté. Que dans le discours il ajoute "démocratique" pour mettre quatre points sur le même "i", je veux bien. Mais le Parti, c’est le Parti Socialiste, c’est en tout cas comme cela que je le sens. Il ne faut pas avoir peur de ce que l’on est, il ne faut pas craindre son histoire, il faut avoir confiance dans son avenir. Cela représente une telle somme de sacrifices et d’idéal, pourquoi laisser cela au bord de la route ? Cela dit, chaque formation politique y compris celle-là fera comme elle voudra.


François Mitterrand "Changer le nom du PS... par ina


IFM — 33 rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 Paris — Tél. +33 1 44 54 53 93 — Fax. +33 1 44 54 53 99 — ifm@mitterrand.org — © 2005-2016 — Mentions légales