12 septembre 1991

Aux assises nationales des petites villes de France, François Mitterrand en appelle à la solidarité financière entre collectivités rurales.

François Mitterrand et l’Amérique latine (1971-1995)


Une | Annonce publiée le 7 novembre 2017

Sous la direction d’Alain Rouquié
Editions du Seuil
Collection : Le Genre humain
Novembre 2017
192 pages
EAN 9782021379525
15.20 €


Le 15 novembre 2016, dans le cadre du centenaire de la naissance de François Mitterrand, la Maison de l’Amérique Latine organisait en partenariat avec l’Institut François Mitterrand une journée d’études consacré à François Mitterrand et l’Amérique Latine. Un an après le 58e numéro de la Revue Le Genre Humain est consacré aux actes de cette journée.

Judith Bonnin, Jean-Jacques Kourliansky, Daniel Lefort, Jean Mendelson, Kevin Parthenay, Alain Rouquié, Georges Saunier, Matthieu Trouvé & François Vitrani publient chacun dans ces actes un article développant leur intervention du 15 novembre.

Vous pouvez retrouver ici, le programme de la journée d’études à la Maison de l’Amérique Latine.

François Mitterrand et l’Amérique Latine
Journée d’études à la Maison de l’Amérique Latine le 15 novembre 2016 (DR C.Rosé/IFM).

On parle peu de l’Amérique latine dans les chroniques ou les études consacrées à la politique étrangère des deux septennats de François Mitterrand. On peut s’en étonner car c’est le président élu en 1981 qui, le premier, a inscrit l’Amérique latine sur la carte de l’action extérieure de la France.

De Gaulle a ouvert la voie en 1964 avec ses deux grands voyages : au Mexique et en Amérique du Sud. Il a été un pionnier clairvoyant et audacieux. Mais ces voyages historiques n’ont guère été suivis d’effets et de résultats.

Ce livre a comme fil conducteur trois grandes questions que pose la politique latino-américaine de Mitterrand. Chaque auteur, dans son domaine spécifique, a tenté d’apporter son éclairage à ces problématiques.

La première interrogation tourne autour de la personnalité même du président, le rôle de son parcours, de son équation personnelle dans cet intérêt inattendu pour une région largement ignorée de la diplomatie française. Le deuxième point porte sur les éventuelles raisons tactiques de cette innovation et relève de la politique intérieure française. Le troisième problème est celui de la périodisation et ce n’est pas le moindre.

On s’est demandé si l’intérêt actif et direct pour l’Amérique latine de François Mitterrand n’avait pas été un feu de paille. Il n’aurait duré que les deux ou trois premières années du premier septennat. Y a-t-il eu un tournant, quand et pourquoi ? Ou bien cette phase initiale spectaculaire a-t-elle donné l’impulsion à un autre type d’approche, différente, mais dans la continuité ?

Ces questions suscitent une multiplicité d’hypothèses entre lesquelles il ne faut pas nécessairement faire un choix mais qu’il convient de hiérarchiser et d’articuler. C’est là aussi l’objet de ce livre.

Alain Rouquié

– Acheter François Mitterrand et l’Amérique Latine auprès de l’Editeur (sur la page veuillez cliquer sur le bouton "où acheter").


IFM — 33 rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 Paris — Tél. +33 1 44 54 53 93 — Fax. +33 1 44 54 53 99 — ifm@mitterrand.org — © 2005-2017 — Mentions légales